Bien choisir sa première motocyclette

 

Photo professionnelle prise par Alexandre Poitras – Photographe sportif

Les journées rallongent et avec la nouvelle saison chaude, arrivent les nouveaux loisirs. L’un de ces nouveaux loisirs est peut-être de conduire une motocyclette! Si vous êtes comme beaucoup de motocyclistes, le salon de la moto vous permet de rêver à la prochaine monture que vous allez rouler. Seulement, il faut bien faire votre choix, puisque ce dernier entraînera des frais inutiles si vous vous trompez!

En effet, beaucoup de nouveaux motocyclistes sont tout fiers de posséder une moto avant même de savoir la conduire (ou de suivre une solide formation pour pouvoir la manipuler correctement). Il est très fréquent de constater qu’ils changent d’avis sur le type ou le modèle de moto qu’ils veulent rouler une fois cette formation complétée. La plupart du temps, le choix de la moto d’un débutant s’arrête sur le «look». Dans un certain sens, c’est normal, puisque c’est à peu de chose près la seule chose que le motocycliste connait de celle-ci. Pourtant, bien que ce nouveau jouet puisse faire frémir d’impatience les plus patients d’entre nous, il vaudra mieux attendre d’avoir fait ses cours de motocyclette avant de se la procurer. Lors du cours, il sera possible d’essayer plusieurs montures (dans une école sérieuse) et donc de se faire une meilleure idée sur celle qui vous intéresse.

Parmi les critères à considérer lors du choix d’un modèle de motocyclette, il ne faudra pas considérer que le «look», mais aussi la fiabilité, la position de conduite selon votre taille, le confort et le type d’usage pour lequel cette moto a été conçue et celui que vous désirez en faire. En effet, par exemple, les motocyclettes sportives n’ont pas été conçues dans le but de circuler sur la route, mais dans le but de circuler sur des pistes de courses. L’ennui, c’est que pour pouvoir participer aux courses, les fabricants sont contraints d’utiliser des motocyclettes de série (vendues au public), sinon, elles seraient considérées comme des prototypes. Les fabricants remédient donc à cette contrainte en ajoutant à cette dernière les accessoires nécessaires à la route, comme les rétroviseurs, les clignotants, les phares, etc.

Bien qu’un futur motocycliste ou un motocycliste débutant puisse affirmer qu’il «sera prudent» avec la puissance motrice (celle des motocyclettes sportives de 600cc est tout aussi menaçante), il faut être honnête, cela changera aussi rapidement que la motocyclette sportive accélère. Néanmoins, même en accordant le bénéfice du doute au novice, il ne faudra pas négliger ce qui n’est que très rarement considéré par ces derniers, c’est-à-dire la direction et la suspension. Ces deux parties très importantes de la motocyclette demandent des compétences, des connaissances et de l’expérience. L’angle de chasse très droit de la roue avant de la motocyclette sportive rend sa conduite aussi chirurgicale qu’un scalpel. Il faut donc bien savoir comment la manier pour ne pas se couper… De plus, il en est de même pour la suspension. Cette dernière est aussi conçue pour en faire un usage de course. C’est-à-dire qu’elle est rigide et offre peu de confort pour les routes sur lesquelles nous roulons. Elle est aussi conçue pour réagir aux moindres commandes du pilote. Soulignons que parce qu’il débute, le novice est enclin à commettre des erreurs. Tout comme le cavalier qui apprend à monter à cheval, l’apprenti motocycliste doit d’abord apprendre à monter une bête docile pour éviter de se faire éjecter de sa monture!!

Sur ce, prenez encore le temps de bien réfléchir à votre futur achat et si vos cours de motos ne sont pas encore complétés, ayez assez de sagesse pour ne pas acheter votre moto avant. Cela pourra vous éviter bien des regrets, en temps, argent, possiblement contusions et même pire.

Bonne saison à tous!!

« MOTOPRECISION »… Pour préciser votre PASSION!